Skip to the content

L’Economic Development Board évoque les conséquences économiques du vieillissement de la population

Les évolutions démographiques, la disparité entre formation et les besoins du marché du travail ainsi que le recours à l’expertise étrangère sont des sujets qui donnent souvent lieu à des débats passionnants. Toutefois, dans un contexte marqué par une volonté d’amener le pays à un autre palier de développement, ce sont autant de thèmes qui méritent d’être discutés, disséqués et compris. C’est la raison pour laquelle, avec le soutien de la Banque mondiale, l’Economic Development Board, en sa qualité de facilitateur des ateliers consultatifs pré-budgétaires initiés par le National Social and Economic Council (NESC), a choisi de se pencher sur cette thématique lors d’un exercice qui s’est tenu ce jeudi 25 avril au Caudan Arts Centre, à Port-Louis.

Comment assurer le développement et la croissance économiques du pays dans un contexte marqué par le vieillissement de la population et un taux de natalité qui diminue année après année? Si le phénomène n’est pas nouveau, il convient d’en comprendre les origines et d’y remédier afin de ne pas se retrouver avec des conséquences socio-économiques qui pourraient se révéler désastreuses dans les décennies à venir. L’atelier de ce jeudi, dernier exercice du genre organisé par le NESC dans le cadre de ses consultations pré-budgétaires, a été un tremplin où experts locaux et internationaux, dont deux experts de la Banque mondiale, Isis Gaddis et Marco Ranzani, ont pu évoquer les solutions possibles et les moyens de s’adapter à un fort taux de vieillissement de la population.

Les autres enjeux qui ont fait l’objet de discussions lors de cet atelier sont la disparité entre formation et besoins du marché du travail, ainsi que le recours à l’expertise étrangère. Dans son discours à l’ouverture de l’atelier consultatif, François Guibert, CEO de l’Economic Development Board (EDB), a parlé de la nécessité de résoudre ces situations afin qu’elles ne deviennent pas problématiques par la suite. Faisant un état des lieux, il a évoqué le besoin urgent d’une main-d’œuvre dont les compétences correspondent aux besoins des entreprises.

« Les personnes âgées représentent de nos jours 11 % de la population et si la tendance au vieillissement se maintient, ce chiffre atteindra 20,5 % en 2026 et 29,5 % en 2051. Ce qui a un impact direct sur la compétitivité et la croissance économique, à cause notamment de la réduction de la main-d’œuvre et des compétences qui en résulte. Nous avons de plus en plus besoin de compétences et d’aptitudes dans les industries à haute valeur ajoutée telles que l’intelligence artificielle, la robotique, ou encore l’économie océanique. L’ouverture aux compétences et aux expertises étrangères est l’un des moyens de palier une telle situation dans le court et moyen terme, d’autant qu’elle amènera un transfert de connaissances non encore disponibles à Maurice et agira ainsi en complémentarité avec les ressources humaines locales. C’est ce qui permettra d’établir les bases d’une croissance robuste, durable et inclusive », a-t-il souligné.

Plusieurs tables rondes ont été organisées au cours de cette journée. Le Dr Streevarsen Narrainen, conseiller principal au ministère des Finances, a brossé un tableau de la situation économique actuelle et des enjeux qui nous guettent. Par la suite, Marco Ranzani, expert de la Banque mondiale, a fait une présentation sur les solutions au problème d’inadéquation des compétences (‘skills mismatch’) et le chômage chez les jeunes. Il a aussi abordé les inégalités liées au genre sur le marché du travail. Kris Valaydon, spécialiste de la démographie, a lui abordé le thème de la problématique démographique alors que Ken Poonoosamy, CEO-adjoint de l’EDB, a souligné la stratégie d’ouverture du pays aux compétences étrangères.

Le ministre du Travail et des Relations industrielles Soodesh Callichurn a participé à cet atelier de même que son collège, le ministre de l’Agro-industrie Mahen Seeruttun, qui préside la Commission on Economic Affairs du NESC.

Veuillez télécharger le communiqué de presse.